C
Dernier ajout le dimanche 27 mai 2007.

Dans cette rubrique :

Articles
CAPUCINER publié le : 27 mai 2007 par Claude Jaëcklé Plunian

CAPUCINER : v. néologisme de Rétif qui ne semble attesté nulle part ailleurs que chez lui. Une capucinade est un prêche froid et médiocre, digne d’un capucin. L’exemple que donne le Littré pour ce mot est tiré du livre II des Confessions de Rousseau :
Débitant d’un ton de racoleur ses capucinades.
M. Parangon, pendant l’absence de sa femme, cherche à séduire toutes les servantes de sa maison, sans prêcher beaucoup, semble-t-il, et « capuciner » pourrait vouloir désigner son attitude (...) Lire la suite...

COQUELUCHON publié le : 27 mai 2007 par Claude Jaëcklé Plunian

TREVOUX
COQUELUCHON : s.m. Capuchon de moine fait de grosse bure. Du latin cucullus. Les uns sont en pointe, les autres en rond.
FÉRAUD COQUELUCHON, s. m. Capuchon. Il ne se dit qu’en plaisantant : " Il y a bien de la malice sous ce coqueluchon là.
« Il y place la comtesse puis la baronne, à laquelle il a baissé le coqueluchon. » (Le Drame de la vie, Scènes détachées, Acte II, sc.19, p. (...) Lire la suite...

CANUCHE publié le : 1er mai 2007 par Claude Jaëcklé Plunian

nom féminin ; patois bourguignon : massue.
"J’emportai le bâton, qui était une sorte de petite massue d’épine, avec un gros bout naturel, qu’avait formé le tronc : on nomme cela canuche en Bourgogne."
(Source : Les Nuits de Paris, "Le Chanteur des rues", éd. Daniel Baruch. Paris : Robert Laffont, Bouquins, 1990, p. 915) Lire la suite...